« La lettre de Buenos Aires » de Hubert Mingarelli (Buchet/Chastel, 2011)

Les miscellanées d'Usva

Il y a un an jour pour jour, mon auteur français préféré s’en allait. Les écrits restent et confèrent à leurs auteurs une part d’immortalité. Aujourd’hui j’ai naturellement envie de vous parler de ce recueil de nouvelles de Hubert Mingarelli. Neuf histoires qui révèlent la délicatesse de cet auteur et son talent pour décrire les failles humaines et les solitudes.

Quatrième de couverture : « Comme souvent dans ses livres, l’auteur raconte des errances. Le monde, autour, est menaçant, même si la nature contient encore la beauté des choses. Sur la route, des personnages vivent leur voyage. Les vies les plus humbles possèdent leur mystère et leur tragédie. Hubert Mingarelli sait les dévoiler au lecteur avec pudeur et poésie. »

Comme toujours avec Hubert Mingarelli nous suivons des hommes de tous âges dans des situations souvent modestes, confrontés aux fantômes du passé ou à eux-mêmes, aux remous de l’histoire ou…

Voir l’article original 321 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s