John Doe, de Lucie Depauw

Cette pièce de théâtre de 64 pages a été publiée en février 2020 chez Espaces 34. Je l’ai reçu dans le cadre de la dernière masse critique Babelio et je vous donne ci-dessous mon avis.

Résumé de l’éditeur :

Un pavillon idéal, l’homme rentre du travail, la femme est proche du baby blues. Le retour est houleux et le lendemain à l’aube les gendarmes sonnent à la porte pour une perquisition. Dans ce couple au bord de l’épuisement, où le désir, l’intimité, l’affection, la parole, le rêve se sont effacés insidieusement, un évènement extérieur vient faire imploser la routine : l’homme, presque malgré lui, parce qu’il s’est trouvé confronté à un choix face aux fraudes fiscales organisées par le cabinet d’audit pour lequel il travaille, est devenu lanceur d’alerte sous le pseudonyme de John Doe.

Dans une chronologie bouleversée, se tisse un parallèle entre cette action d’un homme ordinaire, dernier…

Voir l’article original 484 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s