« Friday Black » de Nana Kwame Adjei-Brenyah (Albin Michel, 2021)

Les miscellanées d'Usva

En ce Mois des nouvelles, difficile pour moi de passer à côté de cette nouveauté qui annonçait un moment de lecture particulier. Ce recueil explore avec un œil dystopique mais un peu réaliste aussi) les États-Unis à travers le racisme, la violence, la surconsommation. Nana Kwame Adjei-Brenyah est une nouvelle voix littéraire dont j’attends déjà les prochaines traductions.

Quatrième de couverture : « Avec ce premier livre incroyablement inventif, Nana Kwame Adjei-Brenyah s’est imposé aux États-Unis comme une nouvelle voix explosive dans la lignée de Colson Whitehead et Marlon James. Entremêlant dystopie, satire et fantastique, et ses nouvelles donnent à voir avec une effarante lucidité la violence et la déshumanisation de notre monde.

Qu’il mette en scène le procès d’un Blanc accusé du meurtre effroyable de cinq enfants noirs (et qui sera acquitté), le parcours d’un jeune qui tente de faire diminuer son degré de noirceur pour décrocher un…

Voir l’article original 783 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s