« Le passeur » de Stéphanie Coste (Gallimard, 2021)

Les miscellanées d'Usva

Premier roman de l’auteure, je me suis laissée tenter car il s’agit ici d’approcher la traversée de la Méditerranée du point de vue de ceux pour qui le malheur, la guerre et les violences sont source de richesse. Car ne fermons pas les yeux, les conditions de vie des femmes, hommes et enfants qui passent frontières terrestres ou maritimes sont plus que précaires. La vie se monnaye et peut rapporter gros.

Quatrième de couverture : « Quand on a fait, comme le dit Seyoum avec cynisme, de l’espoir son fonds de commerce, qu’on est devenu l’un des plus gros passeurs de la côte libyenne, et qu’on a le cerveau dévoré par le khat et l’alcool, est-on encore capable d’humanité?

C’est toute la question qui se pose lorsque arrive un énième convoi rempli de candidats désespérés à la traversée. Avec ce convoi particulier remonte soudain tout son passé: sa famille…

Voir l’article original 650 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s