Casa Triton, Kjell Westö

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Avec Casa Triton, Kjell Westö confirme son talent de conteur. En mêlant le «monde d’après» à la musique, il signe un roman à la fois visuel et sonore qui prend en compte la lente déchéance de la Terre mais qui est avant tout un hommage à la musique – classique et populaire. Brander est un célèbre chef d’orchestre finlandais qui vient tout juste de décider de s’installer à Ravais, petit village perdu entre mer et bois, bien loin de l’agitation d’Helsinki et des métropoles où il est amené à voyager pour ses concerts. Lindell, le voisin avec qui il sympathisera rapidement malgré leurs différences, est quant à lui membre d’un groupe de musique qui reprend des chansons entraînantes, connues et à la popularité mondiale.

De «Fisherman’s Blues» à Mahler en passant par Adèle et Sibelius, Kjell Westö entraîne son lecteur dans des partitions à l’éclectisme berçant et cadencé, signant

Voir l’article original 259 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s