La vengeance m’appartient, Marie NDiaye

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

La plume de Marie NDiaye est à la fois légère et lourde, d’une lourdeur ampoulée, verbeuse, désuète. Son héroïne, Me Susane, a quarante-deux ans et elle est avocate. Hantée par le souvenir d’un après-midi passé dans la chambre d’un garçon qui l’a révélée à elle-même et à sa vocation, elle s’interroge sur son nom, acculée alors que le mari d’une future cliente se présente à elle, son patronyme lui rappelant vaguement mais de manière lancinante celui de l’adolescent de cet épisode si marquant de sa jeunesse. Avant cette quête, ses parents l’admiraient, ne voyaient pas que sa réussite n’était qu’une façade et que sa carrière était loin d’être celle de la brillante légiste qu’ils espéraient la voir devenir. Elle a réussi socialement – en apparence – mais son passé la rattrape quand ce n’est pas le reflet d’une crainte hautaine chez Sharon, sa femme de ménage mauricienne.

La vengeance m’appartient

Voir l’article original 225 mots de plus

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s