Le corps et l’âme John Harvey

La viduité

Fin de partie pour Franck Elder. Avec son touché jazzy, John Harvey poursuit son exploration, sensible et sèche, de nos manières maladroites et malheureuses de nous remettre d’un drame. Le corps et l’âme se révèle un polar, efficace quand son intrigue s’emballe, d’une grande finesse, beau et triste comme les airs de blues qui le ponctue.


Voir l’article original 321 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s