La maison des Hollandais, Ann Patchett

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Comme dans Orange amère, Ann Patchett joue avec la temporalité, instaure un dialogue entre passé et présent. Le narrateur, Danny, a grandi dans une maison majestueuse d’Elkins Park, entouré des deux domestiques qu’il adorait, de sa sœur et de son père. Sa mère a disparu alors qu’il était encore petit, évaporée loin de cette demeure, étouffante pour cette femme aux aspirations de sainte, magique pour les deux enfants qu’elle laissait derrière elle. À son départ, des années heureuses, racontées par le ton teinté de nostalgie de Danny, réminiscences de son enfance alors qu’il était materné par sa grande-sœur, avant qu’Andrea n’arrive. Présente dès la scène d’ouverture, elle n’a pourtant pas sa place dans le bonheur des deux héros, elle s’est imposée peu à peu et a épousé le père, envahissant durablement la maison avec Norma et Bright, ses filles. Plus rien ne fut alors comme avant, Danny et Maeve…

Voir l’article original 244 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s