Miarka, Antoine de Meaux

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Parce qu’il faut se souvenir, même si savoir«l’Inquisition, la Saint Barthélémy, la vie dans les tranchées» (p245), savoir les guerres n’a pas empêché la Shoah.

Si la France connaît le nom de Simone Veil et, depuis quelques temps déjà, son histoire de rescapée des camps, Denise Jacob, sa sœur, n’a pas marqué les esprits autant qu’il l’aurait fallu. Résistante, la jeune fille aux tresses blondes et au vélo vole dans les rues de Lyon pour distribuer informations et documents suspects à ses camarades. Après son camp de scouts, celle qui se fait appeler Miarka ne retourne pas à Nice auprès de ses deux sœurs, de son frère et de leurs parents – elle écoute leurs conseils et enfouit ses sentiments sous la raison. Dans sa ville natale, elle risque l’arrestation. Allemands et Italiens se succèdent dans les rues lumineuses porteuses d’un message faussement joyeux. Alors elle pédale dans le…

Voir l’article original 313 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s