Nietzsche Ma vénérée

La viduité

Nietzsche côté cœur, sentimentalité, souffrance et solitude, l’intimité – un rien voyeuse – du philosophe. Ce choix de lettres d’amour, nécessairement arbitraire et frustrant par les coupes opérées, offre une image de cet ours grincheux et philosophe, d’un homme blessé dans son désir de communication, d’émancipation, bref de cette vie hautainement revendiquée dans le reste de son travail philosophique.


Voir l’article original 630 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s