Un volcan silencieux, la vie Emily Dickinson

La viduité

Le souffle d’une présence à soi, d’une extrême attention au monde, d’un attrait pour l’autre d’une telle absence de concession que cette voix si singulière de Dickinson opte pour le repli, pour cette patiente et poétique exploration de soi dont ce bref recueil de lettres donne un aperçu saisissant.


Voir l’article original 519 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s