Trencadis, Caroline Deyns

Pamolico - critiques romans, cinéma, séries

Caroline Deyns s’efface derrière la silhouette frêle de l’artiste qu’elle dépeint, si frêle et pourtant capable de donner vie à des ombres enflées, gonflées de vie et de couleurs. Niki de Saint Phalle, moitié Américaine, moitié Française, honnissait les angles droits, les cercles sans défauts, le parfait, le normal. Alors pour lui rendre hommage, voici un livre fragmenté, mosaïque éclatée formant finalement un tout pétillant et baroque, trencadisGaudí-enne qui déconstruit pour reconstruire. Éclats de vie pêchus, rimant, chantant, amalgamés, misandres et féministes, rires d’enfants, dialogues venant d’ailleurs, monologue intérieur, bulles de mots, vers célèbres et citations majuscules à tous les égards, phrases enjolivées de quidams ayant croisés la sculptrice – médecin, fille de femme de ménage, voisine, psychiatre.

Inqualifiable, Trencadis est multiple, dansant, ondulant, composé d’une kyrielle de facettes pimpantes et ludiques mais aussi sombres parce que la vie de celle à qui Caroline Deyns offre un écrin…

Voir l’article original 182 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s