En attendant Bojangles, Olivier Bourdeaut ; Christian Cailleaux

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Olivier Bourdeaut a décidé de transformer la folie dure en folie douce, de teinter de poésie et d’absurde les délires éthérés. Avec ses phrases qui riment, ses mots qui se font écho, ses expressions désuètes, familières ou esthètes, l’auteur fait décoller ses personnages et son lecteur, leur offre un écrin de tendre déraison, un château en Espagne, un oiseau exotique au nom ostentatoire et des aventures proches de chimères.

Le jeune narrateur est le fils d’un couple extraordinaire, rêveur et pleins de délicieux excès. Mais sa mère qui vouvoie tout un chacun, change de prénom à chaque lever de soleil et flâne avec indolence entre cocktails et invités de ses fêtes dignes de Gatsby, a un esprit qui ne peut résister à la réalité. Elle déambule dans ses nuages, dans son monde qui pétille de bulles de champagne, suivi partout par Georges, son mari amoureux. Quand les soucis…

Voir l’article original 212 mots de plus

Un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s