La colline du mauvais conseil Amos Oz

La viduité

L’imminence de l’événement, les folles fictions qu’il alimente, la crainte derrière le désir messianique, senteurs et climat du Jérusalem de 1947 en trois brefs récits qui se répondent. La colline du mauvais conseil c’est aussi trois beaux récits d’enfance, captation en douceur du passage, maintien des illusions. Amos Oz parvient, tout en discrétion, à nous en communiquer perte et douleur.


Voir l’article original 598 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s