Les Frères Karamazov | Fiodor Dostoïevski

Les Petites Analyses

Les romans de Dostoïevski furent mon premier contact avec la littérature russe. Je me rappelle de cette avidité qui me poussait à tourner les pages de Crime et Châtiment afin de savoir si Raskolnikov allait se faire pincer et, si oui, de quelle manière ! Je me souviens aussi de ces veillées à suivre les aventures du prince Mychkine dans L’Idiot, quitte à ce que le roman me prive de longues heures de sommeil pourtant bien nécessaires. Autant le dire tout de go, la lecture d’un Dostoïevski ne m’a jamais déçu. J’y ai, toujours, trouvé des éléments qui me tenaient en haleine comme la psychologie intense des personnages ou une intrigue qui donnait furieusement envie de savoir comment finirait l’histoire.

Alors pourquoi avoir tardé à rédiger une petite analyse sur un livre de cet auteur que j’affectionne tant ? Tout simplement parce qu’il est difficile de trouver les mots justes…

Voir l’article original 1 445 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s