American Dirt, Jeanine Cummins

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Jeanine Cummins, de par son histoire personnelle, s’est toujours davantage intéressée aux victimes qu’aux coupables. Alors elle raconte le destin des oubliés du continent américain, de ceux qui ne peuvent pas porter le nom d’ « Américains » puisque les États-Unis ont fait leur ce terme. Elle raconte ceux qui sous le dédain sont devenus la poussière du continent, la saleté. La American Dirt. On lui a reproché de s’approprier des destins, de faciliter les choses, de simplifier le Mexique, de le réduire à un pays de violence. Bien sûr, il y a des failles, peut-être écrit-elle avec un regard de blanc, de « gringa » – sûrement même, mais comme elle le dit, c’est mieux que rien. En outre, on imagine que Don Winslow ne dit pas de n’importe quel récit qu’il voit en lui « Les Raisins de la colère de notre époque ».

Lydia et Luca, alors que s’ouvre ce…

Voir l’article original 597 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s