La mort et la belle vie de Richard Hugo

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : La mort et la belle vie de Richard Hugo  – traduction : Michel Lederer – Paru en septembre 1999 chez 10/18 – collection Domaine étranger – 7.10 € (272 pages) ; 11 x 18 cm

4ème de couverture :

Il est drôle, naïf, flegmatique sans être mollasson, poète et amoureux des femmes.  » J’étais content de ne plus être jeune. Le monde est bien plus beau quand on devient assez vieux pour se rendre compte combien les femmes sont séduisantes à tout âge « . Lui, c’est Al Barnes alias Barnes la tendresse, retraité prématuré de la police à la suite de blessures graves.
Lors d’une interpellation, il n’avait pas passé les menottes au  » gentil vieillard  » qui souffrait de  » mauvaise circulation  » et le  » gentil vieillard  » lui avait logé trois balles dans le corps.
Barnes s’installe donc à Plains, Montana, et se dégote un…

Voir l’article original 1 694 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s