« Deux tendres agneaux » de Hans Fallada (Sillage, 2019)

Les miscellanées d'Usva

Si Hans Fallada est surtout connu pour ses romans de juste après guerre Seul dans Berlin et Le cauchemar, il est également l’auteur de romans de mœurs, de fictions se concentrant sur les gens du peuple comme avec cette tragi-comédie qui m’a sortie de mes lectures habituelles et qui m’a plutôt séduite.

Quatrième de couverture : « C’est dans le Berlin des années 20 que se déroule Deux tendres agneaux, conte candide, malicieux et digne du meilleur Lubitsch.

Fallada s’y fait le chroniqueur des amours d’une ravissante jeune fille, timide mais décidée, et de son soupirant, aussi rêveur que maladroit – amours contrariées, dans l’ordre, par le délitement d’un sac en papier rempli de crevettes, un fer à repasser trop chaud, un lancer de praline, sans oublier les foudres du redoutable papa de la demoiselle, farouche partisan de la médecine par les plantes et fabricant de tisanes dépuratives.

Voir l’article original 397 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s