Lundi lecture #103 : La sonate à Bridgetower (sonata mulattica)

Des annotations dans la marge

Beethoven était connu pour son caractère étrange, mêlant amitié sincère et crises de colère telles qu’il a rompu les liens avec de nombreuses personnes. George Bridgetower en fit les frais. La sonate que Beethoven lui avait été dédicacée a été renommée Sonate à Kreutzer, bien que ledit Kreutzer ne l’ait jamais jouée. C’est cette histoire, ainsi que le parcours de George Bridgetower, qui est racontée dans ce roman.

Basé sur des faits historiques, le récit suit l’évolution de George Bridgetower comme musicien. Violoniste talentueux dès ses plus jeunes années, il est emmené à Paris par son père en 1789 pour se produire dans les plus belles salles de concert de la ville. Il a alors neuf ans, et la couleur de sa peau (son père est Noir) est un atout supplémentaire pour attirer le public. Le père veut exploiter le talent de son fils, à la manière de Leopold Mozart…

Voir l’article original 150 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s