Le Roi absent Moetai Brotherson

La viduité

Les signes et leurs récits, le passé qui hante ce joli roman d’initiation par des trouées de fantastiques, de transes aux hallucinations toujours possiblement pathologiques. Au-delà de Vaki puis de la possible usurpation de son histoire et l’appropriation de ses fantômes, Le roi absent brille par sa précision langagière qui parvient à nous restituer la saveur des langues polynésienne mais aussi par la précision de ses elliptiques allusions aux événements historiques. Un grand roman sur ce que serait, entre magie et émancipation, une contre-narration de la Polynésie française.


Voir l’article original 514 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s