La morte Mathieu Arsenault

La viduité

Répétitions, rêves, fantômes, obsessions, lectures : Mathieu Arsenault épuise toutes les manifestations de la présence, encore et toujours, de son amie Vickie Gendreau. La morte, loin de toutes complaisances, du prétendu travail de deuil s’ouvre au royaume des morts comme une manifestation éthique d’un tiers indéterminé. Une très belle réflexion sur ce qui reste de la mort, ce qui perdure et nous dépasse.


Voir l’article original 863 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s