Des phalènes pour le commissaire Ricciardi Maurizio De Giovani

La viduité

Sur un petit air mélancolique, le retour brillant du commissaire Ricciardi. Toujours égaré dans ses amours empêchées par les morts qu’il ne cesse de voir, toujours empêtré dans le fascisme qui s’étend dans cette Naples si vivante, cette dernière livraison de Maurizio De Giovanni captive le lecteur. Des phalènes pour le commissaire Ricciardi creuse la perfection de son sillon : un polar poétique, politique, sensible à tout ce qui ne veut pas passer.


Voir l’article original 416 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s