La première mondialisation par un chapeau

Blog Histoire Géo

L’officier et la jeune fille riant, peint par Johannes Vermeer en 1657 représente un homme de dos conversant avec une jeune femme. Un élément dans ce tableau, attire le regard : l’immense chapeau que porte l’officier. Pour en arriver à ce que la main de l’artiste inclue ce feutre démesuré sur une toile au XVIIe siècle, il a fallu des inventions, des découvertes, des rencontres et des drames : l’histoire de la naissance des échanges autour du globe par les Hollandais, redoutables commerçants. Ce documentaire disponible jusqu’au 16 décembre sur le replay d’Arte, revient aux sources de cette mondialisation à travers ce chapeau, un feutre de castor dont la quasi-disparition en Europe poussa les marchands néerlandais à se tourner vers les États-Unis, présida au développement de New York et participa à la création de la première place boursière. Il est librement adapté de l’essai Le chapeau de Vermeer…

Voir l’article original 16 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s