Le jardin du Lagerkommandant Anton Stoltz

La viduité

L’horreur par l’aveuglement, par la quotidienne atrocité de la vie domestique. Récit de la vie de famille d’une femme d’officier à Auschwitz, de ses dénis et de la façon dont Anton Stoltz en fait une atroce capacité à se leurrer soi-même. Le jardin du Lagerkommandant ou l’histoire tendue d’une non-prise de conscience, d’un basculement dans l’horreur que l’auteur, en le comprenant mais sans jamais l’excuser, nous fait toucher du doigt.


Voir l’article original 520 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s