L’année du singe Patti Smith

La viduité

Épiphanies, rêves, présences fugitives sans autres interprétations que leur effacement, délicat carnet de bord où lecture et poésie interrogent le réel, tout d’effritement, de notre monde. Avec une plume délicate, d’un joli dénuement, Patti Smith évoque doucettement la perte mais surtout ce qui y survit : des images et d’oniriques communications. L’année du singe ou la nécessaire possibilité de rendre compte d’une réalité alternative.


Voir l’article original 572 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s