Lundi lecture #100 : Comme des chevaux qui dorment debout

Des annotations dans la marge

Paolo Rumiz est Triestin et passionné par l’histoire. Dans une ville qui a toujours été ouverte sur le monde, cette histoire est particulièrement mouvementée. Et un jour, lors d’une visite à un monument aux morts de la Première guerre mondiale, Paolo Rumiz décide de suivre l’histoire de son grand-père, officier au sein de l’armée austro-hongroise. Car son aïeul ne s’est pas battu sur le célèbre front de l’Ouest, dans les tranchées entre la France et l’Allemagne. Non, il a combattu à l’Est, sur un front largement méconnu.

Pour réhabiliter l’histoire des combats en Europe centrale et orientale, Paolo Rumiz s’engage dans un périple en train jusqu’en Pologne et en Ukraine. Il y visite des monuments aux morts laissés à l’abandon car bien souvent oubliés, remplacés par la mémoire de la Seconde guerre mondiale. Au plus profond de la Galicie, l’auteur réhabilite l’honneur des soldats italiens s’étant battus pour l’empire austro-hongrois…

Voir l’article original 83 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s