Eriophora – Peter Watts

Albédo

Le Bélial

Nous pourrions considérer Eriophora de Peter Watts au carrefour de la novella et du recueil de nouvelles. Effectivement, Sunday, personnage central de cette épopée gigantesque, nous accompagne d’un bout à l’autre du livre au travers de 6 récits dont l’intrigue initiale paraît lâche initialement. Cependant, les pages s’égrenant, les millénaires aussi, la trame se précise alors que la défiance s’installe.

L’Eri (son petit nom) est un astéroïde de plusieurs kilomètres dont une partie fut évidée pour contenir une singularité propulsant ce vaisseau de pierre à une vitesse proche de celle de la lumière. Il contient également 30 000 résidents, ainsi que des forêts et un écosystème adaptés à ces conditions extra-ordinaires. Leur mission s’avère simple : établir un réseau de portails au sein et au pourtour de notre Galaxie. La mise en œuvre est compliquée, aussi les scientifiques et techniciens du XXII° siècle ont-ils intégré au voyage…

Voir l’article original 993 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s