À rude épreuve, Elizabeth Jane Howard

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

La tendresse conjugale (et extra-conjugale), maternelle, ancestrale et amicale; les tensions, multiples et douloureuses; le désir, ravageur; le deuil et l’optimisme envers et contre tout; la découverte de la maternité; la guerre et son lot de chagrins. Autant de rudes épreuves qui touchent à tour de rôle les personnages de la saga des Cazalet. Après Étés anglais qui s’achève en 1939, peu avant l’entrée en guerre du Royaume-Uni, ce deuxième tome croise à nouveau les destins, joue avec les perspectives pour que petits comme grands puissent dire leur frayeur et leur amour, leurs désillusions et leurs espoirs indéfectibles. À Home Place, le ballet est incessant, les membres de la famille vont et viennent, quittent la demeure des patriarches pour Londres avant de revenir au bercail, à la campagne, en sécurité. Polly et Clary, les deux cousines, grandissent et sont plus proches que jamais. Louise est devenue une jeune…

Voir l’article original 327 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s