Beautiful Boy, Tom Barbash

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

L’écriture de Tom Barbash – traduite par Hélène Fournier – est fluide, visuelle. Les dialogues jalonnent les pages, les faisant parfois presque ressembler à un script cinématographique. Le protagoniste de ce roman et son narrateur, le Beautiful Boy, le Golden Boy, c’est Anton Winter, le fils du célèbre présentateur télé Buddy Winter. Ce dernier peine à sortir d’une dépression qui l’a poussé à quitter l’antenne, à partir en claquant la porte en plein direct. Quand s’ouvre le récit, Anton revient tout juste du Gabon où il était en mission au sein des Peace Corps, malade mais accueilli comme un héros, comme le sauveur qu’il sera nécessairement pour son père. En effet, le célèbre présentateur a besoin de son fils pour se reconstruire, pour bâtir une nouvelle vie qui vaille la peine d’être vécue et surtout, pour espérer retrouver une émission bien à lui et sa place d’animateur vedette dans…

Voir l’article original 322 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s