Ensemble, on aboie en silence Gringe

La viduité

Comment parler de la schizophrénie, en restituer douleurs et lucidité, comment ne pas s’approprier cette parole de l’autre, l’ombre d’incompréhension qu’elle véhicule ? À travers le récit de la schizophrénie de son frère, Gringe illumine les non-dits, l’incompréhension, la tendresse et son soutien nécessairement défaillant et ouvre ainsi un dialogue avec cette folie qu’on enferme, comme on tente de se retrouver.


Voir l’article original 527 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s