Céphalophore

Le blog de Tobie Nathan

Céphalophore. À en perdre la tête?

Tobie Nathan

Ce mot obscur désigne un martyr chrétien portant sa tête –siège supposé du Moi– dans ses bras. Une tradition ressuscitée par les récents projets de greffe chirurgicale du crâne ?

Où se situe le Moi ?Les Grecs de l’Antiquité pensaient sans doute qu’il se trouvait dans cette membrane séparant le souffle des humeurs digestives, le diaphragme –qui se dit dans leur languephrenoset dont nous avons tiré des mots savants tels que la schizophrénie (littéralement : «l’âme clivée»). Les Hébreux préféraient le souffle,roua’h,un «vent» qui désigne aussi «l’âme» –d’où le fameuxnefesh roua’h,«le souffle de vie» que Dieu insuffla à son Adam d’argile. Les Bamiléké du Cameroun, eux, situent probablement le Moi dans le crâne qu’ils conservent pieusement après le décès de l’un des leurs, à qui ils offrent prières et libations et qu’ils invitent à…

Voir l’article original 407 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s