Entre fauves, Colin Niel

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Entre les Pyrénées et le bush namibien, entre les passionnés de chasse et les gardes de parcs nationaux, entre locaux africains et touristes à la richesse indécente, entre ours et lions. Entre fauves. Colin Niel croise les perspectives et joue sur deux temporalités : l’après et l’avant. Au cœur de ces focalisations et de ces aller-retours dans le temps, un lion à la crinière noire et à la longue cicatrice sur le flanc. Autour de lui gravitent une jeune Française à l’arc sûr, un Himba amoureux, pauvre et revanchard et une sentinelle pyrénéenne déambulant dans les montagnes, écolo à l’excès. L’un est prêt à tout pour protéger les espèces menacées, pour mettre en lumière les excès des chasseurs, pour dénoncer les actes de barbarie commis par l’Homme ; les deux autres ont tout intérêt à voir le prédateur mort, soit pour empocher le trophée, soit pour préserver son village et son…

Voir l’article original 299 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s