Enfants des rues de Chang Ta-ch’un

Collectif polar : chronique de nuit

Le livre : Enfants des rues de Chang Ta-ch’un. Paru en 6 janvier 2010 aux éditions Acte Sud. Prix : 19,30 € ; (192 pages) ; 12×22 cm. Roman traduit du chinois (Taiwan) par Mathilde Chou et Danielle Chou.

4ème de couverture :

Un collégien en rupture de ban, perdu dans les rues de Taipei après s’être enfui de chez lui, se retrouve mêlé à une sordide histoire de machines à sous impliquant une bande d’adolescents marginaux : des paumés cassés par la vie, à l’image des épaves automobiles où ils ont élu domicile, et qui puisent quelques misérables consolations dans la conscience de leur déchéance commune. Grâce à une construction ingénieuse épousant étroitement le champ de vision du jeune héros, le lecteur découvre au même rythme que lui les liens qui unissent entre eux les divers protagonistes, et leur passé de galère. Leurs aventures chaotiques culmineront en une équipée…

Voir l’article original 540 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s