Lundi lecture #97 : Les veilleurs de Sangomar

Des annotations dans la marge

Coumba est une Sénégalaise dont le mari, Bouba, a péri lors du naufrage du Joola, un ferry qui reliait Dakar à la Casamance et qui a sombré le 26 septembre 2002, faisant 1863 victimes selon le décompte officiel. En l’absence de Bouba, Coumba doit apprendre à faire son deuil et à respecter la période de veuvage de 100 jours, en accord avec la tradition musulmane. Mais les commérages sur son compte viennent perturber cette période.

Coumba doit s’occuper de sa fille Fadikiine, supporter sa mère et sa belle-mère qui lui donnent sans cesse des instructions sur la façon dont elle doit gérer son veuvage, mais aussi et surtout faire abstraction des ragots qui circulent dans son dos. Car la nuit, Coumba ne dort pas. Elle cherche à rejoindre Sangomar, où veillent les djinns des défunts. Elle veut conserver un lien avec Bouba, le garder auprès d’elle.

Si l’histoire de…

Voir l’article original 81 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s