The White Princess, Emma Frost

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Saison 2 de The White Queen, The White Princess s’attaque à la suite de la Guerre des Roses, à l’ascension des Tudors et aux manigances des York pour les détrôner. Leur ambassadrice-espionne ? Elizabeth of York, alias Lizzy, fille d’Elizabeth Woodville et d’Edouard IV, ancienne amante (supposée) de Richard III, incarnée par une Jodie Comer toujours aussi bluffante, dans un registre pour le moins différent de celui de Killing Eve. Cette fois, point de moues d’enfant boudeuse mais des tenues royales, des tresses complexes et des regards hautains – ceux d’une reine. Sa mère compte sur elle pour restaurer l’honneur des York et pour reprendre la couronne aux Tudors, mais, si elle haït son futur mari, le roi Henri VII (Jacob Collins-Levy), Lizzy a toujours souffert de l’égoïsme de sa mère, de son égocentrisme ravageant la vie de ses jeunes et nombreux enfants. Quel camp choisira-t-elle ?…

Voir l’article original 220 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s