Avis de grand froid Jerome Charyn

La viduité

Le retour en fanfare d’Isaac Sidel devenu rien de moins que président des États-Unis. Humour des plus débridés mais surtout sombre fantaisie sur la fin d’un monde, Avis de grand froid offre une ode aux dingues, aux livres et à tous les orphelins de l’Histoire. Jerome Charyn ou l’invention perpétuelle, la confrontation avec ses fantômes littéraires, une vraie liberté contre les impuissances du pouvoir.


Voir l’article original 738 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s