Au nom du bien, Jake Hinkson

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Au nom du bien, le commun des mortels peut commettre les pires méfaits. Au nom du bien ou de ce qu’ils pensent être le bien. Ou au nom de leur propre bien…

Stock est une petite ville de l’Arkansas où tout le monde connaît tout le monde, où les secrets ne restent secrets jamais bien longtemps. L’hypocrisie et la foi de façade sont la règle – faire bonne figure, prétendre et paraître. Richard Weatherford est pasteur et il veille sur tout ce petit microcosme de conservateurs, épaulé par son indéfectible Penny et par leurs cinq enfants, tous (ou presque) vouant un culte immuable aux républicains: ce sera Trump plutôt qu’un démocrate, plutôt mourir que de donner sa voie au parti d’Obama. Sauf que Frère Weatherford, comme l’appellent ses ouailles, dissimule de bien lourds péchés… Il se convainc de leur caractère exceptionnel et ceux qu’il persuade grâce à…

Voir l’article original 236 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s