Cette brume insensée, Enrique Vila-Matas

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Cette brume insensée est un roman qui se veut aérien et éthéré, réflexion tragicomique sur la littérature – en réalité, il est loin de toute légèreté. Le style d’Enrique Vila-Matas (ou du traducteur?) est d’une lourdeur foisonnante qui donne le tournis et agace prodigieusement. Impossible ou presque de lire une phrase qui ne soit pas qu’une succession d’appositions repoussant d’autant l’objet sémantique, les compléments circonstanciels séparant le sujet du verbe ou le verbe de son complément essentiel, dashs et digressions se faisant leur place dans ce joyeux bazar en plus généreusement saupoudré d’adjectifs variés et superflus. Courant sur plusieurs lignes, les propositions se succèdent, s’enjambent et rendent la lecture laborieuse.

Quand ce n’est pas la grammaire qui fait des siennes, c’est la réflexion sur la littérature, à la fois dense, riche et vaine, qui alourdit les pages et nos paupières. Le narrateur, Simon Schneider (Barcelonais), est « fournisseur…

Voir l’article original 231 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s