À l’ombre de la Butte-aux-Coqs Osvald Zebris

La viduité

Les meurtrières hallucinations de l’Histoire. Riga 1905, soubresauts révolutionnaires, répressions, noir antisémitisme. À l’ombre de la Butte-aux-coqs parvient à restituer la folie cet instant par une histoire d’enlèvement d’enfants et surtout par ses douloureuses justifications. Osvalds Zebris signe un roman plaisant aux allures de polar.


Voir l’article original 347 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s