Permafrost Eva Baltasar

La viduité

La vie dans ses refus, par le récit de ses aventures sentimentales et sexuelles, pour ses tentations suicidaires : l’invention de soi. Permafrost ou la douloureuse transparence du monde, de ses conformistes mensonges, du froid aussi qui saisit celles qui veulent y échapper. Eva Baltasar signe un premier roman incandescent, cassant comme du gel, entre ardeur et douleur, entre rire et enthousiasme elle apparaît dans toute son effroyable liberté.


Voir l’article original 580 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s