Un soupçon de liberté, Margaret Wilkerson Sexton

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

De 1944 à 1987 jusqu’en 2010, les Noirs aux États-Unis ont la vie dure, malgré un soupçon de liberté. Dans ce premier roman tristement actuel, Margaret Wilkerson Sexton raconte trois destins inextricablement liés. Evelyn rencontre Renard alors qu’elle étudie encore pour devenir infirmière. Quarante-cinq ans plus tard, Jackie, l’une de ses filles, tente d’élever son nourrisson sans se laisser abattre par la descente aux enfers de son cher et tendre et son addiction au crack. Enfin, cinq ans après le passage de Katrina, T.C., le bébé de Jackie devenu un géant de trente ans, sort tout juste de prison où il purgeait une courte peine pour vente et possession de drogue. Les époques se suivent et se ressemblent, la Nouvelle Orléans évolue mais si peu, détruite par quelques catastrophes puis remodelée de la même manière, la gentrification et les mouvements d’un quartier à l’autre ne changeant presque pas la…

Voir l’article original 546 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s