Les lettres d’Esther, Cécile Pivot

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Cécile Pivot imagine une correspondance entre six personnages, chacun s’adressant à deux personnes de ce cercle. Tous ont répondu à l’annonce qu’Esther a fait paraître dans un journal: la libraire y proposait un atelier d’écriture où les lettres seraient à l’honneur. Entrecoupées de narration classique, ces missives rédigées à la première personne ont du relief, et l’auteure est parvenue à donner une voix et un style à chacun de ses protagonistes – Jean le riche homme d’affaires, Nicolas le chef étoilé, Juliette la boulangère dépressive, Jeanne la vieille dame qui a l’écologie à cœur, Samuel l’adolescent perdu et taciturne et Esther, la libraire qui regrette ses échanges écrits avec son père. Tous apportent un «quelque chose» au roman, mettent en lumière un sujet sociétal différent. Le deuil, la dépression post-partum, l’environnement, la vanité, la cupidité sont autant de thèmes qui préoccupent les héros des Lettres d’Esther. Ils s’ouvrent…

Voir l’article original 151 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s