Des kilomètres à la ronde, Vinca Van Eecke

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Phrases courtes puis phrases longues, énoncés prosaïques puis métaphores, poésie rythmée puis onomatopées et jurons, joie intense puis douleur cuisante. Des kilomètres à la ronde raconte la France rurale des années 1990, la jeunesse désœuvrée dont l’ennui est le pire ennemi. La narratrice, «la bourge», passe ses étés à L. chaque année, retrouve avec un plaisir chaud sa bande. «Les autres» comme elle les appelle. Il y a Mallow et puis Reno, Phil, Chuck et Buddy, et puis Jimmy. Et les visages qui gravitent autour d’eux. Les après-midis au bord de l’étang, allongés dans l’herbe dans les nuages formés par la fumée des cigarettes, écroulés sur le canapé de Chuck devant la PlayStation. Ses meilleurs souvenirs. Ils se rencontrent à quatorze ans, font les quatre-cents coups, dévalent la pente du village en caddy, avalent le bitume en faisant chauffer leurs pneus. Se battent. Fument. Boivent. Rient. Et puis…

Voir l’article original 189 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s