Glory, Elizabeth Wetmore

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Gloria devient Glory un matin, les pieds dans la poussière et le visage en sang. Elle ne veut plus entendre les sonorités de son prénom espagnol qui la ramèneront à son calvaire, à sa bataille. Glory a été violée. Ce roman, c’est son histoire et l’histoire de tous ceux que son traumatisme touche de près ou de loin. C’est celle des femmes d’Odessa, Texas, qui restent chez elles, des souvenirs d’amour plein la tête si elles sont chanceuses, le corps marqué par les grossesses précoces dans tous les cas. L’écriture d’Elizabeth Wetmore est très visuelle. Elle nous emporte dans cette ville fantôme hantée par des âmes en peine, par des femmes isolées et farouches, par des gamines désœuvrées qui savent tirer à la carabine et s’inventent des amis imaginaires, baignée par la lumière glauque des torchères. Les hommes gagnent leur vie grâce au pétrole qui colle à leur…

Voir l’article original 297 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s