Des vies à découvert, Barbara Kingsolver

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

À Vineland, communauté planifiée à l’image de celle décrite dans La saison des feux, les familles américaines vivent comme toutes les autres, que ce soient un foyer de 1870 ou une maisonnée de 2016. Des vies à découvert (Unsheltered) a en effet une narration alternée, le présent cédant place au passé qui à son tour cède sa place au présent. Des ponts sont tendus entre les deux époques, entre les deux familles. Elles vivent au même endroit, sur le même terrain, dans une bâtisse aux murs instables et inquiétants qu’elles aiment pourtant tendrement. Comme symbole de cet indéfectible lien entre le XIXème et le XXIème siècle, les derniers mots d’un chapitre sont repris comme titre du chapitre suivant.

Willa et Iano vivent avec leur fille, Tig, et le père de Iano, Nick. Leur fils sort de Harvard en bon spécialiste de la finance, pourtant endetté jusqu’au cou…

Voir l’article original 402 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s