Nickel Boys, Colson Whitehead

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Nickel Boys, c’est le roman de la Nickel Academy avant d’être celui des Boys de cette maison de correction. Le livre s’ouvre sur une scène d’exhumation, de découverte de deux cimetières – l’un, officiel, l’autre, clandestin – dans l’herbe haute qui ceint les bâtiments aujourd’hui déserts de cette prison pour jeunes, supposée être une simple école de redressement, un sanctuaire offrant un cadre de vie idyllique où l’éducation prime. Le prologue achevé, Colson Whitehead s’intéresse à Elwood alors qu’il est encore un enfant, un enfant noir dans la Floride des années 1960. Il vit avec sa grand-mère, se rengorgeant de petits plaisirs simples qui ne l’empêchent pas de discerner le racisme et la ségrégation, partie intégrante de sa jeune vie. Le garçon grandit, puis, par un méchant tour du destin, jamais tendre avec ceux dont la peau n’est pas nacrée, échouera à la Nickel Academy, maison de correction…

Voir l’article original 431 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s