Ohio, Stephen Markley

Pamolico, critiques romans, cinéma, séries

Ce premier roman est à lui seul le roman de toutes les Amériques, passées et à venir, de tous les vices et de toutes les douleurs qui tordent cette terre. Stephen Markley entraîne le lecteur en Ohio, dans la ville imaginaire de New Canaan. Les années lycée, voilà une période charnière pour tout un chacun et à laquelle les auteurs américains accordent bien souvent une importance capitale dans leur œuvre. Markley s’attache ici à mêler plusieurs destins de manière inextricable. Il y a le toxicomane gauchiste et démocrate, anti-Bush et anti-guerre; il y a la jolie fille écolo issue d’une famille très croyante qui a découvert son corps et son homosexualité un peu par hasard; il y a l’ancien soldat, le rouquin frêle et timide toujours obsédé par la même fille depuis sa préadolescence; il y a la poupée, ex de la star du lycée, capitaine…

Voir l’article original 401 mots de plus

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s