Zola

À la française ...

Image

Émile Zola (1840-1902)

Zola était, comme Flaubert, les Goncourt et Daudet, un nerveux, un passionné, qui voulut être un impassible observateur. Il fut d’abord conteur très romantique, se convertit au réalisme vers 1866, y mêla des prétentions scientifiques, et avec Thérèse Raquin et Madeleine Férat (1867,1868) lança le roman naturaliste tel qu’il l’entendait alors: peinture d’idées et de sentiments totalement déterminés par des états physiologiques, souvent pathologiques. Puis il conçut le plan du grand cycle qui fit surtout sa gloire, Les Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d’une famille tous le second Empire (1871-1893), vingt volumes massifs, dont les plus remarquables sont L’Assommoir (1877), à partir duquel il fut célèbre, La Joie de vivre, Germinal, L’Œuvre, La Terre (1887), roman rustique qui fit scandale, La Débâcle; puis vinrent Lourdes, Rome, Paris (1894-1898).

Ce positiviste a une imagination romantique et souvent visionnaire, le goût de l’énorme plutôt que du fin…

Voir l’article original 148 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s