Capitale Songe Lucien Raphmaj

La viduité

Quelles fictions vitales subsistent de nos états de veille, que préserve – éclaire ou éclate – le basculement dans le rêve ? Univers halluciné, vortex du cauchemar, crépusculaire entropie d’un langage où s’accrochent les derniers éclats de conscience, embarquez vers Capitale Songe. Pour son premier roman, Lucien Raphmaj trace une voie où la dissémination, les états limites, le hors-soi, un langage mouvant et novateur dessinent un univers souverain, à l’ombre des mutations du Verbe.


Voir l’article original 1 231 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s