Lundi lecture #92 : Une bête au paradis

Des annotations dans la marge

Le Paradis, c’est la ferme tenue par Emilienne. Elle s’occupe seule de ses petits-enfants Blanche et Gabriel depuis la mort de leurs parents, tandis que le commis Louis l’épaule pour s’occuper des bêtes. L’équilibre, fragile, est maintenu par l’intense charge de travail et le rythme du marché, tous les jeudis.

Blanche est aussi attachée à sa terre que ne le sont Emilienne et Louis. Les bêtes, la grange, l’étang au bout du domaine, chaque élément est indispensable à son équilibre. Quand elle rencontre Alexandre, à dix-sept ans, son horizon prend une dimension nouvelle. Son Paradis s’étoffe et elle envisage un avenir radieux. Mais Alexandre, lui, déteste le village. Marqué par le manque d’ambition de ses parents, il rêve de la ville et des perspectives d’avenir qui en découlent.

Le drame qui se joue dans ce roman transpire dès les premières lignes et le lecteur ressent rapidement l’atmosphère chargée d’orage du…

Voir l’article original 31 mots de plus

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s